30 avril 2019

Place de la Ferrari

A Bordeaux chaque propriétaire de Ferrari aime se garer place de la Comédie, de préférence devant l'Intercontinental, à portée de voiturier. J'ai remarqué que plus le revenu des individus était haut, plus ils prisaient les voitures basses. peut-être parce qu'au-dessus du panier, les riches connaissent le dessous des tables. Les Ferrari ont quand même une sacrée gueule, un beau pays du beau, faut pas enlever ça à l'Italie !
Posté par 240768 à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2019

Rouge sang

C'est plus fort que moi : depuis qu'adolescent je vis Faye Dunaway porter un béret dans " Bonnie and Clyde ", ce seyant accessoire tel un point d'exclamation sur la chevelure d'une jolie femme, m'attire comme un aimant. Ce lundi 15 avril à 11 heures 30, la jeune fille au béret s'est assise au fond de la terrasse d'un café à deux pas de la Porte Dijeaux. Le soleil jouait à cache-cache avec les nuages et sa blondeur allumait la lumière. En attendant l'arrivée du serveur, indifférente à son environnement, elle se photographiait à qui... [Lire la suite]
Posté par 240768 à 13:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2019

La belle claque !

C'est chaque année, la même chose, tout à coup, au printemps, les arbres de la place Charles Gruet sortent de leur grand sommeil et ça me met une claque magistrale ! Ce matin, vers 11 h, à la sortie de la rue Lafaurie-Monbadon, paf, je l'ai prise de nouveau dans la tronche avec le plus grand plaisir. Au milieu des travaux du tramway, putain, déjà plus de trois ans pleins de foutues nuisances, le soleil dans les feuilles me faisait verdir non point de jalousie mais de fraîcheur. Allez hop, un peit coup d'allégresse fortissimo et... [Lire la suite]
Posté par 240768 à 13:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2019

Un dimanche de printemps

Je dis souvent que le printemps commence avec l'arrivée de la course Paris-Roubaix et je le maintiens. Dimanche 31 mars à 14 h 45 pourtant lorsque je pris la photographie de cette allée du Parc bordelais, il me serait impossible de nier que ce ne fut pas la lumière printanière du moment qui ne motiva pas cette prise de vue. Ni sauvage ni domestiquée policée davantage que polissonne c'est une allée prometteuse et ô combien apaisante. Empruntez-moi nous dit-elle et vous verrez bien ce que vous trouverez au bout. Je me suis arrêté un... [Lire la suite]
Posté par 240768 à 14:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]