Le Bordo de Dorso

14 juin 2018

Fleurs de bitume

Dorso_de_bordo

Quand quelqu'un vous aime, il fait très beau. J'peux pas mieux dire : il fait très beau !

Posté par 240768 à 14:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 juin 2018

Sandrine Jacotot est une grande dame

Jacotot

Le coeur de Sandrine Jacotot est un grand cru inclassable. Je le savais déjà pour avoir dédicacé chez elle mon dernier livre mais j'en eus confirmation ce matin en passant devant sa vitrine. Après tout, boire du petit lait devant une cave à vins n'est pas si courant. Remercier un journaliste aussi chaleureusement pour un article consacré à sa personne comme le fait Sandrine, ce n'est pas non plus de la petite bière. Alors, pensez-donc, rassembler simultanément deux journalistes dans le même éloge, si cela n'est pas de la cuvée grand siècle, c'est que je ne connais rien à Bacchus et pourtant croyez-moi, avant de devenir abstinent, je lui bâtissais jadis une cathédrale de verres et prenais grand soin de sa santé à défaut de la mienne. Bref, cessons de tourner autour du bouchon. Sandrine Jacotot est une grande dame et pas seulement parce qu'elle mesure 1,78 m.

Posté par 240768 à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2018

La vie soudain en noir et blanc

En_noir_et_blanc

Samedi 26 mai, 13 h 23, au Bouscat. Il tombe des glaçons en trois minutes telle une tempête de neige. Je n'avais jamais vu ça. Au-dessus du puits-de-jour, ils se fracassent littéralement sur le toit, faisant craindre le pire. Quand je regarde le cliché pris lors de l'évènement, j'ai l'impression de cristaux de Noël figés au printemps. L'impression d'avoir soudain figé la vie en un instantané de noir et blanc.

Posté par 240768 à 13:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2018

Les Bordelaises parlent de Bordeaux ( 23 )

La_silhouette_de_Sebastiana

SEBASTIANA Esteban, commerçante, Bordelaise depuis 1996 : " J'ai quitté Lisieux en Normandie pour Bordeaux, ou plus ou plus exactement Bègles il y a vingt-deux ans cette année. C'est le chic de cette belle ville qui m'a d'abord frappé, surtout comparé à Lisieux d'où j'arrivais ! Mais cela reste une ville très élégante un peu fermée de prime abord et qui s'est progressivement ouverte quand j'ai intégré une formation dans une école privée d'esthéticienne. C'est comme cela que je me suis constituée un réseau d'amis et que j'ai apprécié le côté épicurien et festif de la ville. C'est ce qui me manque un peu le soir dans ce quartier de la Bastide où j'ai ouvert une boutique de dépôt-ventes féminine avec des voisins commerçants que j'apprécie énormément. Après un dîner, par contre, c'est impossible de trouver un endroit sympa pour y prendre un dernier verre. C'est un quartier aéré toutefois où il fait bon vivre et porteur d'avenir. Bordeaux et mon quartier sont aujourd'hui adoptés pour de bon. Je ne repartirai pas !

 

Posté par 240768 à 14:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2018

Les 119 printemps du bar Castan

Oldest_caf__in_Bordeaux__opened_in_1899

Si les murs de ce bar pouvaient parler, nul doute qu'ils donneraient matière à plusieurs romans. Situé sur les quais, à un jet de bouchon de l'église Saint-Pierre, le bar Castan fêtera en 2019, ses cent-vingt ans. Peu de bistrots bordelais peuvent assurément en dire autant.

Posté par 240768 à 14:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 avril 2018

Cet immeuble m'intrigue

La_verrue_du_M_doc

A la frontière entre la ville de Bordeaux et celle du Bouscat, cet immeuble, à chaque fois que je passe devant, m'intrigue. Comment peut-on vivre là et ses habitants sont-ils en permanence porteurs de boules Quies ? Jadis, oh, il y a longtemps fort longtemps de cela, se dressait là le Rex, roi des cinémas kitsch de Bordeaux et vaste transporteur de rêves. Aujourd'hui je ne vois qu'une étrange bâtisse dressée au milieu d'un champ de laideur et qui ne fait plus la joie que de quelques taggeurs. A l'heure de la flambée immobilière dans le Bordeaux Unesco, le mètre carré ne doit pas y tutoyer les sommets. C'est tellement moche en fait que cela en devient très singulier.  " La beauté des laids se voit sans délai, délai. " Les chansons de Gainsbourg vieillissent mieux que certaines habitations.

Posté par 240768 à 16:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 avril 2018

Quand l'argent ne mène nulle part

IMG_0872

Non seulement cette petite impasse mène ainsi que son nom l'indique dans un cul-de-sac mais qui plus est dans une voie de garage puisque au fond de cette impasse de la barrière du Médoc s'érige un parking pour les besoins des prochains usagers du futur tramway de la ligne D. Cossus sans perspective et cocus de surcroît, cela méritait d'être signalé.

Posté par 240768 à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mars 2018

Voguer enfin vers le soleil

Voguer_vers_le_soleil

Orages eau désespoir eau tristesse ennemie et sous le bleu du ciel voguer enfin vers le soleil !

Posté par 240768 à 15:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2018

Les gens qui n'ont pas aimé mon dernier livre sont-ils tous des cons ?

Les_gens_qui

Sans déconner ?

Posté par 240768 à 15:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2018

Quand il pleut des ananas au Bouscat

ananas_du_Bosucat

C'est arrivé cet après-midi à 14 h 37 précisément et c'est un signe qui ne trompe pas : quand il pleut des ananas sur ma terrasse du Bouscat, c'est que le printemps est là.

 

Posté par 240768 à 14:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2018

Thank you Kate Tempest

IMG_0690

En 2016, Kate Calvert a publié sous le nom de Kate Tempest, un roman intitulé : " The Bricks that Built the Houses ", une putain de brique étincelante dans l'histoire de la littérature mondiale, écrite quand cette Londonienne avait juste trente ans. Il vient d'être traduit sous le titre français de " Ecoute la ville tomber ". Je l'ai acheté il y a deux semaines et c'est la plus grosse claque que j'ai prise depuis au moins vingt ans. Première page : " Ils le sentent dans leur os, même. Le pain. La picole, le béton. La beauté que ça renferme. " Un peu plus loin : " Les gens se remettent à tuer au nom de leur dieu. L'argent nous anéantit. Leur solitude est si totale qu'elle sous-tend chaque amitié." 

Ecoutez-moi cela : " Chacun cherche cette étincelle qui donnera du sens à sa vie. Cette miette de perfection fuyante qui fera peut-être battre leur coeur plus fort." En deux phrases Kate a tout dit.  Comme il sera impossible de départager dans l'ordre de sa qualité la plus stupéfiante, l'acuité de son intelligence, son sens inné de l'observation et de la formule, nous nous contenterons d'en savourer le cocktail ébouriffant. Son amazing premier roman. " Ecoute la ville tomber " est un diamant bouleversant. Thank you Kate Tempest.

 

Posté par 240768 à 11:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 mars 2018

Comme dans les films de Claude Sautet

IMG_0615

C'est une brasserie située cours du Chapeau rouge, avec des banquettes face à face qui m'ont réjoui lorsque je les ai vues. Je me suis dit qu'à l'instar de certains fous volants montant dans des drôles de machines, il existait encore des bistrots avec ce genre de banquettes, comme à l'époque où on pouvait fumer, vous savez, avec Romy, Ottavia, Yves, Sami, Serge, Michel et les autres. Comme dans les films de Claude Sautet.

Posté par 240768 à 08:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fou volant

IMG_0595

Quel est ce merveilleux fou volant s'apprêtant à monter dans sa voiture de Oui Oui ? Mystère et boule de gomme. L'important c'est qu'il en existe encore.

Posté par 240768 à 08:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2018

Soleil noir

Les_lecteurs_sont_des_lectrices

Les femmes, inspiratrices de millions de livres, sont également d'enthousiastes lectrices dont le sourire, à l'exemple de celui d'Ines B sur cette photographie, éclaire l'écrivain lors de ses rencontres littéraires. Le sourire et les yeux d'Ines sont un soleil noir.

Posté par 240768 à 14:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2018

Des bienfaits de l'écriture

IMG_0150

Cette photo fut prise hier au soir lors de ma dédicace de " Quelques pièces sur la table " au Moder'n , café de l'avenue Thiers. Je n'avais pas revu Arnaud, compagnon d'anciennes autant que mémorables virées nocturnes depuis douze ans. Des retrouvailles aussi chouettes que surprenantes ou les bienfaits parfois inattendus de l'écriture...

Posté par 240768 à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2018

Trente mille

Oh_le_beau_livre

Cette photo est juste magnifique. Je ne dis pas cela parce que c'est mon neveu Hugo qui l'a prise, il y a un peu moins d'un mois, dans la soirée du 19 décembre, mais pour la fluidité de ses lignes, les reflets du livre dans la carafe d'eau et dans le verre, la lumière chaude et intime du noir et blanc, d'une sobriété et d'une élégance tout ce qu'il y a de plus classieuse. C'est cette image que je vous offre ce samedi matin alors que le blog vient de passer le cap des 30 000 visiteurs, cet authentique travail d'artiste mettant en valeur mon honnête et je l'espère réjouissant boulot d'artisan écrivain. J'ai ciselé ce recueil de nouvelles telle une ode à l'insouciance et à l'audace. Je ne suis pas certain d'avoir obtenu la limpidité de la beauté sautant aux yeux en regardant ce cliché mais je fais de mon mieux pour m'en approcher. Chapeau Hugo !

 

Posté par 240768 à 09:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2017

Soyons insolents et gracieux

Mick_Jagger_par_Jean_Marie_Perier

Cette photo de Mick Jagger prise dans les années 60 illustre bien l'insouciance pimentée de sensualité qui baigne les années 70 décrites dans " Quelques pièces sur la table", mon recueil de nouvelles paru voici trois semaines et dont je ne crains pas de faire la promotion qu'il mérite. J'y écris le meilleur du coeur des hommes et l'imagination illimitée de la vie lorsque nous nous y attendons le moins et particulièrement lorsque nous nous trouvons au pied du mur. J'aimerais que mon dernier bouquin donne des ailes aux plus jeunes et qu'ils partent chercher le soleil au coin de la rue sans se soucier du lendemain. J'aimerais qu'un vent soyeux souffle sur chacun d'eux et dans le sillage de tous les couples amoureux. J'aimerais que nous nous prenions en 2018 un peu moins au sérieux, que nous dansions sur tous les ponts d'Avignon et que nous n'ayons pas peur de bâtir des châteaux en Espagne. J'aimerais que nous désobéissions davantage et que l'audace nous caractérise. Soyons insolents et gracieux. Soyez heureux.

Posté par 240768 à 15:56 - Commentaires [5] - Permalien [#]

12 décembre 2017

Les Bordelaises parlent de Bordeaux ( 22 )

Sarah__le_6_d_cembre_2017

SARAH Ayadi, illustratrice et auteure, Bordelaise depuis toujours : " Quand je pense à Bordeaux, ce sont d'abord des souvenirs de la cité du Grand Parc où j'ai grandi mes dix-huit premières années. Ce Grand Parc qui effraie encore quelques personnes alors que j'y ai vécu paisiblement et dans un esprit de village dont je garde encore la nostalgie. Je me rappelle avoir attendu avec impatience la fin des rénovations de sa piscine qui a fini par rouvrir lorsque je suis partie pendant cinq ans étudier la bande dessinée à Angoulême. Aujourd'hui, c'est l'ouverture de la salle des fêtes dont ma mère me parle depuis que je suis toute petite que je guette ! Chaque fois que je rentrais des Charentes à Bordeaux, j'en dessinais passionnément les rues, les places, les terrasses de cafés et l'intérieur de mes pubs préférés. Je crois que je serais capable aujourd'hui de reconstituer sur le bout des doigts la place Saint-Pïerre. Chaque détail de Bordeaux est gravé à jamais dans ma mémoire.

Posté par 240768 à 09:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 décembre 2017

Jouissance paradoxale

IMG_9273

C'est un petit plaisir personnel que je m'offrirai le mardi 12 décembre à partir de 19 h 30 chez ma copine Sandrine. Présenter pour la première fois mon dernier livre sorti hier des presses dans une cave à vins, en particulier de l'appelation Pomerol à laquelle je répondais jadis volontiers pour le buveur repenti que je suis depuis le 2 janvier 2010, m'amuse et dans le fond, me réjouit particulièrement. Le présenter aux côtés de Bernard Cazaubon, davantage à mes yeux, qu'un simple éditeur, me fait également plaisir. Je ne souhaite à aucun des buveurs potentiels lecteurs de cette soirée de connaître l'enchaînement impitoyable de l'addiction. Elle rôde, la garce, ne s'avouant jamais vaincue et que je tiens à distance sans que pour autant le style de mon écriture en pâtisse, bien au contraire. L'homme est paradoxes, et j'essaie d'en être un pas trop dégueulasse à fréquenter et surtout à lire. Ce ne sera pas une revanche mais un indicible et profond sentiment de grande petite victoire.  Vivement mardi.

Posté par 240768 à 11:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 novembre 2017

Rive droite rive gauche

IMG_9102

Cette image de la Grosse Cloche hier à l'heure du crépuscule m'a frappé par la beauté de sa lumière. Tous les Bastidiens savent bien que c'est depuis leur quartier que la rive gauche apparaît dans toute sa splendeur. J'ai pris cette photographie parce que cela changeait pour une fois de la sempiternelle image de la place de la Bourse ou des quais bordelais. Et j'ai eu fichtrement raison. Même ce foutu mois de novembre peut allumer parfois des petites étincelles de bonheur...

Posté par 240768 à 11:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]