IMG_3496

Elle est pas belle comme un soleil ma copine Sandrine ? Remarquez, ça tombe bien, parce que le jeudi 24 janvier, à partir de 19 heures, c'est elle qui vous accueillera au 193 rue Fondaudège. Dans sa cave de l'Entre Deux Vins. Notez au passage que ne buvant plus une goutte d'alcool depuis le 2 janvier 2010, il faut quand même que je l'aime beaucoup pour fréquenter ce lieu rempli de bouteilles issues des meilleurs cépages et travaillées par les meilleurs vignerons. Sandrine Jacotot, c'est son nom, oui, inaugurera ainsi avec moi venant présenter " Colporteurs Blues ", le roman que tous les Bordelais s'arrachent en ce moment, elle inaugurera donc ses soirées littéraires du jeudi. Une fois par mois, des mots d'auteurs accompagneront les nectars des viticulteurs. C'est pratique : si le romancier vous ennuie, vous pourrez toujours oublier sa présence en vous piquant la ruche. Mais ce serait oublier Sandrine. Tout est grand chez elle. Sa taille, son coeur et son rire si énorme que souvent les canards du Jardin public boivent la tasse dès que madame s'esclaffe. Un jour, un type est tombé de vélo en passant devant sa cave. Sans bobo heureusement : depuis il revient régulièrement chasser son spleen en taillant une bavette avec la Jacotot.

Bref, en un mot comme en cent, n'oubliez pas : le jeudi 24 janvier c'est au 193 rue Fondaudège que ça se passe et nulle part ailleurs. " Colporteurs Blues " vaut dix-huit euros et Sandrine Jacotot est impayable. A ce tarif là ce serait vraiment une erreur de se priver d'un pareil bonheur.