IMG_0690

En 2016, Kate Calvert a publié sous le nom de Kate Tempest, un roman intitulé : " The Bricks that Built the Houses ", une putain de brique étincelante dans l'histoire de la littérature mondiale, écrite quand cette Londonienne avait juste trente ans. Il vient d'être traduit sous le titre français de " Ecoute la ville tomber ". Je l'ai acheté il y a deux semaines et c'est la plus grosse claque que j'ai prise depuis au moins vingt ans. Première page : " Ils le sentent dans leur os, même. Le pain. La picole, le béton. La beauté que ça renferme. " Un peu plus loin : " Les gens se remettent à tuer au nom de leur dieu. L'argent nous anéantit. Leur solitude est si totale qu'elle sous-tend chaque amitié." 

Ecoutez-moi cela : " Chacun cherche cette étincelle qui donnera du sens à sa vie. Cette miette de perfection fuyante qui fera peut-être battre leur coeur plus fort." En deux phrases Kate a tout dit.  Comme il sera impossible de départager dans l'ordre de sa qualité la plus stupéfiante, l'acuité de son intelligence, son sens inné de l'observation et de la formule, nous nous contenterons d'en savourer le cocktail ébouriffant. Son amazing premier roman. " Ecoute la ville tomber " est un diamant bouleversant. Thank you Kate Tempest.