la classe

Un jour de semaine, l'après-midi, sur le coup de 15 heures, sur les Allées Tourny. Je vis au loin, me dirigeant quant à moi vers les Galeries Bordelaises, la silhouette d'une femme en tailleur et talons hauts à la hauteur du Noailles marchant dans ma direction. Lorsque je parvins devant la terrasse de la Villa Tourny, j'aperçus la bouteille de vin qu'elle tenait comme un prolongement naturel de son bras, et je distinguais mon inconnue plus nettement. Environ 35 ans, vêtue avec une élégance à la sobriété hors-de-prix, mieux que belle, elle était magnifique. C'eût été la quintessence d'un certain archétype de la Bordelaise si ce n'était cette incongruité de se promener dans le Triangle d'or de la ville, une bouteille de rouge à la main. Parvenue à sa hauteur et juste avant que nos chemins ne divergent, je jetais un oeil sur l'étiquette du château. Latour. Château Latour. Il n'est pas interdit de se promener en tailleur Chanel à trois heures de l'après-midi une bouteille de pif à la main sur les Allées Tourny lorsqu'elle se pare des atours du Château Latour. C'est une image qui date de 2011 mais qui m'imprègne encore aujourd'hui. Une parfaite représentation de la bordelaise jouissant d'une aisance certaine : la touche de classe à la fois discrète et ostentatoire. Faut toujours faire gaffe aux détails.